LCNAS: Audition du DGGN devant la Commission de la défense nationale et des forces armées

Règles du forum
Respect, pondération, civisme et courtoisie !

Répondre

Émoticônes
:D :) ;) :( :o :shock: :? 8-) :lol: :x :P :oops: :cry: :evil: :twisted: :roll: :!: :?: :idea: :arrow: :| :mrgreen: :geek: :ugeek:

Le BBCode est activé
La balise [img] est activée
La balise [flash] est désactivée
La balise [url] est activée
Les émoticônes sont activées

Relecture du sujet
   

Agrandir Relecture du sujet : LCNAS: Audition du DGGN devant la Commission de la défense nationale et des forces armées

LCNAS: Audition du DGGN devant la Commission de la défense nationale et des forces armées

par Eunomie » 29 juillet 2020, 11:46

Récemment a été publiée le compte rendu de l’audition du 13 mai 2020, à huis clos, de M. Christophe Rodriguez, directeur général de la gendarmerie nationale.

Pour se remettre dans le contexte, rappelons que le confinement a débuté le 17 mars et s’est terminé le 11 mai 2020, soit deux jours avant cette audition.

Les éléments clefs de cette audition:

Question de M. Jean-Louis Thiériot:
[…] L’immobilier de la gendarmerie a une incidence directe sur la vie quotidienne des brigades et de leurs familles. Un plan de relance n’est-il pas l’occasion d’accélérer les travaux tout en favorisant l’emploi local ?
Absence de réponse du DGGN..

Question de M. Laurent Furst:
Le confinement des gendarmes et de leurs familles pose la question du logement et de sa qualité. Les nouvelles générations de gendarmes appellent-elles à d’autres modes de logement que le casernement ?
Question de M. Thibault Bazin:
L’engagement des gendarmes a également été remarquable en Meurthe-et-Moselle. La vacance de postes ou les mutations fréquentes sont souvent liées aux mauvaises conditions de logement. Le plan de relance ne doit-il pas comporter un volet plus ambitieux pour le logement des gendarmes ?
DGGN:
Le désir d’une autre formule de logement n’est pas le fait des jeunes, mais de ceux qui, à force de mutations, sont revenus dans leur région d’origine et souhaitent habiter dans leur logement avec leur famille plutôt qu’à la gendarmerie. Mais quelle limite de distance fixer à la possibilité d’habiter son propre logement ? Quelle application faire du droit du travail ? Si le gendarme est en mesure d’intervenir immédiatement, c’est parce qu’il habite sur place et parce qu’il est militaire. Modifier l’un des deux critères reviendrait à transformer la gendarmerie en police nationale. Quand on est gendarme, on est militaire et on habite sur place. En corollaire, on doit disposer de logements corrects. J’ai fait déménager une brigade complète le mois dernier après avoir vu des photos de logements dans un état inadmissible. Nous regarderons de près la situation sur le territoire national. Les taudis ne doivent plus être acceptés.
Notre analyse: les gendarmes sont l’exceptions des militaires habitant sur place. Dans les autres armées, seuls quelques volontaires du rang habitent en caserne. Le DGGN a par ailleurs décrété que les jeunes gendarmes n’ont le désir d’aucune autre formule de logement. Ceux-ci ont-ils été sondés? Est-ce qu’un rapport sur la vie en caserne a récemment été réalisé par la DG? Il apprendrait qu’il n’y a pas que les gendarmes qui sont retournés dans leurs régions d’origines qui ont souhait d’habiter dans un logement qui serait le leur, et la première raison et la qualité des logements.

Autres déclarations du DGGN intéressantes:
Je souhaite que de moins en moins de gens viennent dans les brigades et que nous allions au contact des gens. Grâce à l’évolution des moyens techniques, les brigades ne devraient plus faire d’accueil dans une grande partie du territoire. Nous allons expérimenter des dispositifs permettant aux gendarmes d’aller vers la population plutôt que d’obliger celle-ci à venir à la brigade.
Nous réajustons çà et là les effectifs. Le maillage a été beaucoup réduit, ces dix dernières années, et nous allons cesser de le faire. Le mode de fonctionnement de la brigade va évoluer dans les territoires les moins sous tension, mais dans d’autres, comme le Var, il n’est plus possible d’organiser de rendez-vous avec la population, sinon l’hiver. Je reviendrai vers vous pour évoquer les mesures afin d’améliorer notre fonctionnement.
Afin de renforcer le maillage territorial, je voudrais revoir certaines méthodes. Des réservistes pourraient garder leur arme à la maison, ce qui permettrait, en cas de nécessité, de réagir dans les dix minutes, ce qui laisserait le temps d’envoyer la brigade. Les Suisses laissent bien leurs armes aux réservistes. La proximité, c’est aussi une présence « bleue » plus rapide.

Haut